Categories

Accueil > Nos Campagnes > Peine de mort en Afrique de l’ouest > La peine de mort en 2012 : vers l’abolition mondiale, regardez (...)

La peine de mort en 2012 : vers l’abolition mondiale, regardez !

12 avril 2013
El hadj Abdoulaye Seck

« Les gouvernements qui continuent d’exécuter des condamnés sont à court d’arguments pour se justifier. Il n’existe pas la moindre preuve indiquant que la peine de mort a un réel effet dissuasif contre la criminalité", a estimé Salil Shetty.

« Le véritable motif justifiant le recours à la peine de mort est bien souvent tout autre. En 2012, de vives inquiétudes persistaient face aux pays qui ont procédé à des exécutions motivées semble-t-il par des considérations politiques – qu’il s’agisse de mesures populistes ou d’un véritable outil de répression. »

En Afrique subsaharienne, la tendance à la baisse du recours à la peine capitale s’est confirmée. Le Bénin a pris des mesures législatives afin de supprimer de ses textes de loi les dispositions concernées, tandis que le Ghana prévoit d’abolir la peine de mort dans la nouvelle Constitution. En Sierra Leone, il n’y a plus un seul condamné à mort.

Toutefois, entre 2011 et 2012, les condamnations à mort et les exécutions ont nettement augmenté dans la région, en raison de l’accroissement observé au Soudan et en Gambie.

Au mois d’août, neuf personnes ont été mises à mort en Gambie – premières exécutions signalées dans le pays depuis près de 30 ans. En raison du tollé suscité au niveau international, le président Yayha Jammeh a annoncé l’instauration d’un moratoire « conditionnel » sur les exécutions, qui serait « automatiquement levé » si le taux de criminalité augmentait. Au Soudan, au moins 19 exécutions ont eu lieu et 199 condamnations à mort ont été prononcées.

Amnesty International s’oppose en toutes circonstances et sans aucune exception à la peine de mort, quelles que soient la nature et les circonstances du crime commis, la culpabilité ou l’innocence ou toute autre situation du condamné, ou la méthode utilisée pour procéder à l’exécution. Cette sentence constitue le châtiment le plus cruel, le plus inhumain et le plus dégradant qui soit, ainsi qu’une violation du droit à la vie.

Partager