Categories

Accueil > Nos Campagnes > Stop Torture > La lutte contre la torture doit passer par une application rigoureuse des (...)

La lutte contre la torture doit passer par une application rigoureuse des normes fondamentales

6 juin 2013
Mouhamadou Moustapha Diagne

Poursuivant sa lutte contre la torture, Amnesty International Sénégal a initié, en partenariat avec l’Observateur national des lieux de privation de libertés, un séminaire de formation sur la prévention de la torture et des mauvais traitements dans le cadre de la procédure pénale à l’intention des magistrats et forces de sécurité de Tambacounda, Sédhiou, Kolda et Kédougou.

Cette manifestation a noté la participation de praticiens du droit, des policiers et gendarmes, des agents de l’administration pénitentiaire et des hôpitaux psychiatriques. La cérémonie d’ouverture a été présidée par Monsieur Kabir Ndiaye, gouverneur de la région de Tamba en présence de Boubou Diouf Tall Observateur et de Seydi Gassama, directeur d’Amnesty International Sénégal.

L’Observateur national des lieux de privation de libertés a, à l’entame considéré que cette manifestation entrait dans le cadre d’une rencontre d’échange et de partage d’expériences. Les différentes recommandations qui seront adoptées au terme de ces deux jours participeront inéluctablement à l’éradication de la torture au niveau national. Il faudrait néanmoins arriver à une application rigoureuse, par les autorités compétentes, de la loi et des instruments internationaux de droits humains.

Monsieur Mamadou Sow Président du groupe Amnesty de Tamba a rappelé que la torture est monnaie courante dans la région de Tamba. Il en veut pour preuve la mort de Bambo Danfakha qui aurait été tué le 14 mai 2013 par des gendarmes. Réunir les différents acteurs pour parler de la torture est d’une importance capitale pour la région a t-il souligné.

Pour Seydi Gassama Directeur d’Amnesty International Sénégal, « éradiquer la torture au Sénégal nécessite une formation continue des agents de sécurité. Tous les acteurs sont appelés à travailler en synergie car si la torture est éradiquée, l’image du Sénégal sera redorée au niveau international. »

Le gouverneur de la région, intervenant en dernier lieu a estimé que : « ce séminaire permettra de dégager les mesures appropriées pour éviter, éradiquer, atténuer la torture durant la procédure pénale. En effet, aucun pays membre du système des Nations Unies ne peut vivre en autarcie. Le Sénégal est alors dans l’obligation de faire respecter ses engagements internationaux. Il sera donc question de mettre chaque acteur devant ses responsabilités afin que nulle n’en ignore les enjeux. »

Partager