Categories

Accueil > Actualité > Gambie : Nous demandons une enquête impartiale sur la mort en détention d’un (...)

Gambie : Nous demandons une enquête impartiale sur la mort en détention d’un manifestant et la libération des personnes arbitrairement détenues (Déclaration)

27 avril 2016

Les tragiques évènements de la semaine dernière démontrent, encore une fois, que la Gambie est dirigée d’une main de fer par un dictateur aveugle à la réputation salie par un macabre bilan de violations des droits humains depuis plus de 20 ans.

Le 14 avril 2016, dans la perspective de l’élection présidentielle de décembre prochain, Solo Sandeng, un dirigeant de premier plan du Parti démocratique unifié (United Democratic Party, UDP, opposition), ainsi que d’autres membres ont organisé une manifestation pacifique demandant des réformes électorales et l’exercice de la liberté d’expression.

D’après plusieurs témoins sur place, Sandeng, 57 ans, Fatoumata Jawara, une jeune responsable de l’UDP et plus de 20 autres membres ont été arrêtés par les forces de l’ordre qui ont violemment battu et brutalisé les manifestants. Fatoumata Jawara serait dans un état très critique à cause des mauvais traitements tandis que la direction de l’UDP affirme que Sandeng est mort après avoir été torturé par des agents de l’Agence nationale des renseignements du pays (NIA).

Nous, organisations de défense des droits de l’homme et de la société civile signataires de cette Déclaration, avons l’intime conviction que Solo Sandeng a été torturé à mort. Plusieurs autres manifestants ont aussi été torturés par des éléments des forces de sécurité.

Le 16 avril, Ousainu Darboe, le chef du parti et d’autres membres du bureau de UDP se sont de nouveau rassemblés pour réclamer justice pour Sandeng ainsi que la libération des autres membres du parti détenus. La police a encore réagi avec violence en utilisant des gaz lacrymogènes contre les manifestants et a arrêté 27 militants de ce parti, portant à 50 les membres arrêtés.

Ce 21 Avril, nos organisations ont appris que 37 membres de l’UDP y compris le leader Ousainou Darboe ont été présentés devant la justice et accusés de rassemblement illégal, incitation à la violence, manifestation sans permis, interférence avec la circulation et tapage. Cependant les quatre membres suivants de l’UDP n’ont pas été présentés devant la justice : Solo Sandeng, Fatoumata Jawara, Nogoi Njie et Modou Ngum

Depuis plus de 20 ans, règne la terreur en Gambie. Des journalistes, des défenseurs des droits de l’homme, et de simples citoyens sont les cibles du pouvoir. La liberté d’expression y est à rude épreuve. Plusieurs personnes seraient toujours détenues au secret. Il est même difficile de savoir leur nombre exact. Le pays utilise le tribunal militaire qui ordonne encore des condamnations à mort. D’une manière générale, les autorités gambiennes violent les normes relatives aux droits humains les plus fondamentaux.

1- Nos organisations demandent au Président Yahya Jammeh :
-  De faire la lumière sur la mort en détention de Solo Sandeng
-  D’abandonner toutes les charges retenues contre les manifestants pacifiques arrêtés
-  De libérer tous les prisonniers politiques et d’opinion
-  De promouvoir le libre exercice des droits fondamentaux
2- Nous exhortons également la CEDEAO et l’UA :
-  A systématiquement soulever la difficile situation des droits humains face à la Gambie, et
-  A mettre en place des mesures fortes contre la Gambie pour le respect de ses engagements internationaux en matière de droits humains
3- Nous encourageons enfin la communauté internationale :
-  A prendre des sanctions ciblées à l’encontre du Président Yahya Jammeh, son gouvernement et sa famille

Ont signé
Sénégal
1. Cicodev Afrique
2. Conseil des Organisations non Gouvernementales (CONGAD)
3. FAMEDEV
4. Forum Social Sénégalais
5. Ligue Sénégalaise des Droits de l’Homme (LSDH)
6. Rencontre Africaine pour les droits de l’homme (RADDHO)
7. Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics)
8. Société Internationale des Droits de l’Homme section Sénégal (SIDH)
9. Y’en à Marre

Gambie
10. Coalition for Change Gambia (CCG)
11. Democratic Union of Gambian Activists (DUGA)

Régional et International
12. Amnesty International
13. ARTICLE 19
14. Institut Panos Afrique de l’Ouest (IPAO)
15. Réseau Ouest Africain des Défenseurs des Droits de l’Homme (ROADDH)

Partager