Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > Extradition de T. Diakité : une avancée pour la justice

Extradition de T. Diakité : une avancée pour la justice

13 mars 2017

<https://www.amnesty.be/local/cache-...>

A la suite de l’extradition par le Sénégal de Toumba Diakité vers la Guinée, François Patuel, chercheur d’Amnesty International sur l’Afrique de l’Ouest a déclaré :

« L’extradition de Toumba Diakité, inculpé pour plusieurs crimes commis par des éléments des forces de sécurité le 28 septembre 2009 contre plus d’une centaine de personnes rassemblées au stade de Conakry, constitue une avancée pour la justice et l’établissement de la vérité. »

« Plus de sept ans après les faits, les victimes et leurs familles attendent toujours que justice leur soit rendue. Les autorités guinéennes doivent maintenant s’assurer que le procès ait lieu dans les meilleurs délais, qu’il soit équitable et conforme aux standards internationaux. »

Complément d’information

La justice sénégalaise a extradé dans la soirée du dimanche 12 mars Aboubacar Sidiki plus connu sous le nom de Toumba Diakité, vers la Guinée, où il a été inculpé par la justice entre autres pour assassinats, meurtres, viols, pillages, vols, coups et blessures volontaires, notamment pour des faits commis le 28 septembre 2009 alors qu’il était le chef de la garde présidentielle sous Moussa Dadis Camara.

Selon les conclusions du rapport de la commission internationale d’enquête des Nations unies, au moins 157 personnes avaient été tuées et 109 femmes violées dans le stade et ses environs le 28 septembre 2009 lors de manifestations contre la candidature à l’élection présidentielle de Moussa Dadis Camara.

Le 8 février 2010, le procureur général de la Cour d’appel de Conakry a nommé trois juges d’instruction pour mener une enquête sur les événements du 28 septembre 2009. À ce jour, 14 personnes, dont l’ancien chef d’État Moussa Dadis Camara, Toumba Diakité lui-même et d’autres hauts responsables, encore en activité ou non, ont été inculpées. Les autorités ont indiqué qu’un procès serait ouvert en 2017.

Recherché par la justice guinéenne, Toumba Diakité avait été arrêté le 16 décembre 2016 à Dakar au Sénégal.

La Cour pénale internationale (CPI) a ouvert un examen préliminaire toujours en cours sur les crimes commis le 28 septembre en 2009.

Voir en ligne : https://www.amnesty.be/je-veux-m-in...

Partager