Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > Iran : Une avocate arrêtée après avoir protesté contre l’exécution de son (...)

Iran : Une avocate arrêtée après avoir protesté contre l’exécution de son client

21 juin 2018

<https://www.amnesty.be/local/cache-...>

En réaction à l’arrestation de Zeynab Taheri, l’avocate de Mohammad Salas, chauffeur de bus soufi de 51 ans exécuté dans la matinée du 18 juin 2018 à l’issue d’un procès manifestement inique, Philip Luther, directeur des recherches et des actions de plaidoyer pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International, a déclaré :

« Il est édifiant que Zeynab Taheri ait été arrêtée après avoir annoncé publiquement son intention de révéler des éléments clés attestant de l’innocence de Mohammad Salas. Son arrestation témoigne une nouvelle fois de la détermination des autorités iraniennes à persécuter les avocats qui dénoncent la torture et les procès iniques. »

« Son arrestation témoigne une nouvelle fois de la détermination des autorités iraniennes à persécuter les avocats qui dénoncent la torture et les procès iniques. »

« Zeynab Taheri a défendu haut et fort Mohammad Salas en dénonçant publiquement l’iniquité de son procès, notamment le rejet d’éléments clés attestant de son innocence.

« Elle doit être libérée immédiatement et sans condition. Au lieu de l’arrêter pour son travail d’avocate, les autorités iraniennes doivent remédier aux préoccupations largement partagées quant à l’exécution inconcevable de Mohammad Salas à l’issue d’un procès inique. »

Complément d’information

Zeynab Taheri a été arrêtée le 20 juin au matin pour des accusations forgées de toutes pièces, notamment « diffusion de propagande contre le régime », « publication de mensonges » et « troubles à l’opinion publique ».

Certaines informations indiquent qu’elle a été conduite à la prison de Shahr-e Rey (alias Gharchak), à Varamin, près de Téhéran, où s’entassent des centaines de femmes déclarées coupables d’infractions violentes, dans des mauvaises conditions d’hygiène.

Zeynab Taheri défend également l’universitaire irano-suédois Ahmadreza Djalali, condamné à mort et qui risque d’être exécuté.

Les autorités iraniennes ont un lourd bilan en matière de persécution des avocats qui défendent des personnes incarcérées pour des motifs politiques, notamment les prisonniers d’opinion.

Voir en ligne : https://www.amnesty.be/infos/actual...

Partager