Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > Europe : Une semaine pour demander aux responsables politiques européens de (...)

Europe : Une semaine pour demander aux responsables politiques européens de protéger les Afghans

5 octobre 2018

<https://www.amnesty.be/local/cache-...>

Alors que les gouvernements européens continuent de mettre en danger des vies en procédant à des renvois forcés vers des conditions potentiellement mortelles en Afghanistan , Amnesty International se mobilise à travers l’Europe du 6 au 10 octobre dans le cadre d’une série d’événements pour réclamer que les responsables politiques européens garantissent la sécurité des Afghans.

Citons notamment une action devant le Parlement européen le 10 octobre, date de la rencontre entre les députés européens et les représentants de la Commission européenne pour débattre du renvoi des Afghans depuis l’Europe. Des centaines de cerfs-volants rouges, symboles des vies afghanes menacées par un renvoi forcé en Afghanistan, seront placés devant le Parlement européen, afin de rappeler aux responsables politiques leur devoir de protection envers les Afghans. Voir aussi : Renvoyés dans leur pays, les Afghans risquent d’être torturés et tués

« En contraignant un nombre croissant de personnes à retourner en Afghanistan depuis deux ans, les gouvernements européens ont mis des dizaines de milliers de vies en danger immédiat. L’Afghanistan n’est pas un pays sûr. Affirmer le contraire, c’est nier la situation meurtrière constatée sur le terrain, a déclaré Samira Hamidi, chargée de campagne au bureau régional pour l’Asie du Sud à Amnesty International.

« Cette semaine d’action devrait servir de rappel à l’Union européenne et aux gouvernements nationaux européens quant à leurs responsabilités découlant du droit international. Les dirigeants du continent ne devraient jamais abandonner ceux qui fuient les conflits et la violence, et encore moins les envoyer vers le danger. »

« L’Afghanistan n’est pas un pays sûr. Affirmer le contraire, c’est nier la situation meurtrière constatée sur le terrain. »

Voici un certain nombre d’événements prévus cette semaine :

Amnesty Finlande organise une action le 9 octobre, à l’occasion de la remise d’une pétition au ministre finnois de l’Intérieur.

Des groupes d’Amnesty Pays-Bas se joindront à la manifestation organisée par la plateforme citoyenne ‘Don’t Send Afghans Back’ dans la ville d’Utrecht le 6 octobre.

Amnesty Autriche participera à une veillée devant le ministère de l’Intérieur dans le cadre d’une campagne de la coalition de la société civile, afin de mettre un terme au renvoi forcé de personnes vers l’Afghanistan (semaine d’action #sichersein).

Amnesty International organise cette semaine d’action européenne en coopération avec la plateforme citoyenne ‘Don’t Send Afghans Back’ et les ONG Save the Children et CERE (Conseil européen sur les réfugiés et les exilés).

Complément d’information

D’après les chiffres publiés par l’ONU en juillet , l’Afghanistan est le deuxième pays le plus dangereux de la planète : 1 692 personnes ont été tuées au cours des six premiers mois de l’année 2018 – plus qu’à toute autre période comparable depuis que des statistiques ont commencé à être compilées il y a 10 ans. Au cours de la même période, on recense 3 430 blessés. En Afghanistan, depuis 2014, plus de 10 000 personnes ont été tuées ou blessées chaque année.

Selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Kaboul n’est plus une solution de repli sûre à l’intérieur du pays pour ceux qui fuient le confit ou la persécution dans leur région d’origine.

Malgré cela, certains pays européens ont repris ou augmenté les renvois forcés de demandeurs d’asile afghans dont la demande a été rejetée.

Suivez #KeepAfghansSafe et #DontSendAfghansBack sur Twitter.

Voir en ligne : https://www.amnesty.be/infos/actual...

Partager