Categories

Accueil > Actualité > Enfants abandonnés. Tous mobilisés pour qu’ils soient dans de bonnes (...)

Enfants abandonnés. Tous mobilisés pour qu’ils soient dans de bonnes conditions

25 mars 2019

Le groupe Amnesty International Sénégal de l’Institut Africain de Management (IAM) a organisé un panel portant sur la présentation d’Amnesty International et la situation des enfants abandonnés à la naissance. L’activité a eu lieu le mercredi 20 Mars 2019 dans les locaux de l’institut.

Mouhamadou Moustapha Diagne, en charge du militantisme a été invité à introduire les débats avec les membres de l’association Aidons les Talibés et de l’orphelinat Dara Serigne Saliou.

Il a passé en revue les circonstances dans lesquelles Amnesty International a été créée. A la suite de l’arrestation de deux jeunes étudiants ayant porté un toast pour la liberté a poussé l’avocat Britanique Peater BENENSON indigné et conscient qu’une manifestation devant l’ambassade du Portugal en Angleterre aurait peu de poids, a envisagé une action qui "bombarderait" le gouvernement portugais de lettre de protestation. Il lance donc un appel international en faveur des « prisonniers oubliés » en écrivant au journal britannique « The Observer » : le 28 mai 1961, Une campagne d’une année est ainsi lancée (L’Appel de 1961 pour une amnistie) et marqua la naissance de l’organisation Amnesty International.

Tout comme l’histoire de l’organisation, la signification de la bougie a également été évoquée. Elle représente le logo de l’organisation et est l’œuvre d’une jeune britannique du nom de Diana Redhouse. La bougie sert à illustrer un vieux proverbe chinois : « mieux vaut allumer une bougie que maudire l’obscurité ». Elle n’est cependant pas le seul élément du logo puisqu’elle est entourée de barbelés qui matérialisent l’oppression que subissent les individus. La composition de notre logo représente ainsi l’engagement des militants d’Amnesty International faire sortir de l’ombre les prisonniers et les personnes en danger en mettant en lumière les violations de leurs droits.

Amnesty International est un mouvement mondial indépendant de tout gouvernement, de toute tendance politique, de toute puissance économique et de tout groupement religieux. Sa mission est de promouvoir le respect de tous les droits humains inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Il réunit des personnes qui militent pour le respect et la protection des droits humains qui sont reconnus de façon universelle.

Prenant la parole pour introduire la thématique sur la situation des enfants abandonnés, M. Djibril BOCOUM de l’association Equipe Aidons les Talibés (EAT) a rappelé cette citation de Frantz Fanon : « Chaque génération doit, dans une relative opacité, trouver sa mission, la remplir ou la trahir ». Une manière pour lui de dire les raisons qui l’on poussé à mettre en place cette association dont que la principale mission est de tout faire pour offrir aux enfants talibés de meilleures conditions de vie.

Il a passé en revue les différentes actions qui sont menées par l’association et exprimé son souhait de trouver un jour un toit pour loger les enfants talibés. Il a tenu toutefois à préciser que tous les enfants dans les rues et qui mendient ne sont pas forcément des enfants talibés. C’est la raison pour laquelle son association ne travaille qu’avec les daaras réglementés.

Mme Ndéye Awa Sadio, directrice de l’orphelinat Serigne Saliou, a quant à elle partagé la situation des quatre-vingt enfants qu’elle gère dans son orphelinat. « Je fais de mon mieux pour que les enfants puissent être dans de meilleures conditions de vie » souligne-elle. Cet orphelinat dépend de la générosité des bonnes volontés à l’image des jeunes du groupe Amnesty IAM qui en plus de verser des dons participent à la formation des enfants.

Toutefois souligne-elle, cet orphelinat qui prend en charge des enfants abandonnés ou des orphelins ou vivent l’extrême pauvreté n’arrive pas à trouver une solution pour la déclaration des enfants auprès de l’officier de l’état civil. Elle lance alors un appel à toutes les bonnes volontés particulièrement à Amnesty International à l’aider à solutionner ce problème.

M. Louis Ndiaye, membre de l’équipe pédagogique de l’IAM et par ailleurs militant d’Amnesty International depuis plus de dix ans a salué l’engagement des jeunes de l’IAM à soutenir l’orphelinat et les a exhorter à maintenir cette dynamique malgré toutes les difficultés auxquelles ils sont souvent confrontés dans la collecte des dons.

Partager